Un article émouvant dans le Parisien par LP / Jean-Baptiste Quentin aujourd’hui, je cite :

Plus de 3 millions d’actifs ont un risque élevé de faire un «burn-out», selon une étude publiée ce mercredi par le cabinet Technologia, qui lance un appel pour la reconnaissance par les autorités de ce syndrome d’épuisement professionnel. 

C’est le mal de notre siècle et peu de grandes entreprises y échappent. Le syndrome d’épuisement professionnel, communément appelé «burn out», guette 3,2 millions d’actifs en France, selon une étude publiée ce mercredi par le cabinet de prévention des risques Technologia.

Spécialisé dans le conseil et la souffrance au travail, ce dernier lance un appel pour la reconnaissance de ce syndrome par les autorités et tente d’alerter le gouvernement.

 Selon le sondage mené auprès de 1 000 actifs, 12,6% semblent être sujets à cette pathologie professionnelle caractérisée par un travail excessif et compulsif. Le risque est particulièrement élevé chez les agriculteurs (23,5%), devant les artisans, commerçants et chefs d’entreprise (19,7%) et les cadres (19%). Viennent ensuite les ouvriers (13,2%), les professions intermédiaires (9,8%) et les employés (6,8%).

Je vous invite à ne pas rester seul(e) et venir vous confier pour trouver une solution.

avatar