logo muriel brex 2015

Je vous invite à lire l’excellent article, paru sur le site de femme actuelle de ce mois-ci, décrivant la nouvelle ambiance dans les entreprises performante…!

Encourager et entretenir la motivation des salariés…, c’est le credo de ce style de management : un employé heureux étant plus productif et plus efficace. Une règle d’or qui séduit de plus en plus de sociétés.

Né il y a quelques années dans la Silicon Valley, le concept fait fureur en Allemagne et commence à se développer dans l’hexagone. De plus en plus d’entreprises nomment ou recrutent un « FGM » (Feel Good Manager).

Son rôle ? Garantir l’épanouissement des salariés. Mais, installer un baby-foot ou des plantes vertes dans les locaux ne suffit pas. Encore faut-il repenser le fonctionnement de l’entreprise dans sa globalité.

Absentéisme, turn-over et burn-out sont aujourd’hui les maladies chroniques du monde professionnel. Pour le professeur universitaire Isaac Getz*, cela serait dû à l’organisation hiérarchique des entreprises, « Un concept créé par l’armée pour que les soldats obéissent aux ordres ». Exit ce concept obsolète ! Les adeptes du Feel Good Management prônent une entreprise plus « libérée ». Geoffroy de Becdelièvre, fondateur de Marco Vasco, spécialiste du voyage sur-mesure, passe ainsi une matinée par semaine avec une équipe différente, où chacun (stagiaires compris) peut s’exprimer à niveau égal :  » c’est un vrai moment de partage. L’information a tendance à descendre, rarement à remonter ». Ces rendez-vous me permettent de comprendre plein d’éléments cruciaux pour le fonctionnement de la société. Dans la même optique, la porte de mon bureau est toujours ouverte. Je préfère que les salariés me considèrent comme un entrepreneur plutôt que comme un patron. »

Tel est l’une des « BlaBlaValues », ou « valeur d’entreprise » de BlaBlaCar, le n°1 du covoiturage. « On organise des soirées à thèmes et des « one boarding weeks » (ndlr : semaines d’intégration) toutes les six semaines, des séminaires tous les ans, mais aussi des « BlaBlaTalks » hebdomadaires durant lesquels une équipe présente son travail aux autres », explique Laure Wagner, la « Culture Captain » de la start-up. Derrière tout ce BlaBla bourré d’anglicismes, un vrai désir de conserver une culture d’entreprise dynamique : ici, on bosse collaboratif, dans un climat de confiance. Bonus, on a même le droit à l’échec ! A condition, bien sûr, d’en tirer des leçons.

Car c’est aussi cela, le Feel Good Management : la responsabilisation du salarié, qui n’est plus un simple exécutant. Arthur De Catheu et Cédric Tessier, co-fondateurs de Finexkap, une plateforme de financement alternatif, laissent une grande autonomie à leurs employés. Chacun organise son temps comme il le souhaite… tant qu’il reste motivé. Et ça fonctionne, surtout chez les 25-30 ans. Les plus âgés, quant à eux, sont parfois décontenancés par cette nouvelle liberté.

* Co-auteur, avec Brian M. Carney, de « Liberté & Cie » (Flammarion).

Renseignements et formations au 0613272797 ou au 0388614381.

avatar